Identifiez-vous
pour accéder
à la partie privée
du site ou le modifier.

Déconnexion.

Dernière mise à jour le 08/12/2015

Monsieur le Président,

j'ai le même handicap que la France :

je manque de coordination…

Je m'appelle Philippe Kilian, je suis né la 15 mai 1964

Je suis scénariste ("architecte") de bandes dessinées

Je vis et travaille seul à mon domicile.

Je suis aussi un handicapé IMC (Infirme Moteur Cérébral)

Rassurez vous, je ne suis pas gaga !

La preuve : ce site que j'ai concrétisé !

Mes œuvres déjà réalisées :

Nadia, avec le dessinateur Edmond BAUDOIN, 1983,

Vent, avec Philippe CAZA, publiée dans Pilote n°127, décembre 1984,

Douceur de vivre, avec Michel CRESPIN, Métal Hurlant n°123, janvier 1986,

Vent, (traduction américaine), Heavy Metal, janvier 1998

J'ai reçu une aide à la création du CNL en décembre 1998, Réédition de Vent, n°11 de la revue Bodoï Spécial «histoires courtes» de septembre 2004

Mon projet

Je prévois d’écrire, en plus de ceux que j'ai déjà à mon actif, de nouveaux synopsis de BD et de travailler à la construction de mes histoires avec des dessinateurs contractuels en vue de publications dans des revues spécialisées. Je veux aussi terminer la préparation d’un album, "Force", qui rassemble quelques-unes de mes histoires (publiées ou inédites).

Mon problème

Mon handicap découle de ma mobilité réduite et de mes difficultés de coordination. J'ai toujours eu besoin d’une tierce personne pour transcrire et m’aider à mettre en page mes scénarios. Même si ces rencontres sont passionnantes, elles demandent une grande disponibilité !

L’allocation d’adulte handicapé

ne me permet pas d’avoir recours à un assistant de direction pour compenser mon handicap. J'ai aussi besoin de me déplacer pour me rendre auprès des dessinateurs ou participer à des rencontres littéraires et culturelles ou des festivals de BD. J'ai déjà rassemblés un matériel informatique encore insuffisant qui me permet de repousser un peu plus les limites de mon handicap (grâce à ma seule initiative et à divers contacts que j'ai obtenu, Apple, Adobe, Rotary et encore d'autres en cours…).

Je dois constamment résoudre dans le quotidien des problèmes simples pour vous, mais tellement énormes pour moi. L'obtention d'un soutien permanent qui coule de source pour moi, à l'air très compliqué pour les personnes responsables (?) de la budgétisation pour les personnes handicapées… je ne comprends pas !

La France souffre du même handicap que moi, elle manque de coordination !

Lorsque je demande un soutien informatique :

On me propose une formation sur World et Excel, les logiciels vedettes de Microsoft, franchement… À quoi ça correspond ? Une formation agréée qui coûte très chère aux contribuables que nous sommes ! Alors qu'un simple financement d'un logiciel de reconnaissance vocale, un micro ordinateur, quelques logiciels de bases me seraient plus utiles.

Un suivi de maintenance logistique sur site et une personne pour un soutien de "secrétariat" revient à beaucoup moins de dépenses il me semble !

Et je n'aborde pas le prix de journée que coûte à la communauté un handicapé comme moi dans un CAT (Centre d'Aide au Travail), je suis autonome depuis 20 ans, quelle économie !

Dire que de nombreux budgets qui devraient être consacrés à soutenir des gens comme moi sont ensevelis dans un labyrinthe administratif qui diffuse et noie tous ces moyens…

Pourtant je propose des solutions, des entreprises sont prêtes à me soutenir… mais, mais… Il faudrait que, il faudrait que… organismes, confusions, phantasme de l'assistanat etc… Vous devriez vous rapprocher de telle structure… Vu votre handicap… etc… On prétend m'écouter… drôle d'écoute… devant un tel constat, agacé, je souffre !

 Bandeau-Fil

Dessin Edmond Baudoin

 

PortraitFilkil

NON, aucune association ou organisme ne peut penser à ma place, aucune… Je sais quels sont mes besoins, je n'ai pas besoin d'apprendre que je suis handicapé, merci, je suis au courant ! C'est mon quotidien, chacun d'entre nous a le souci de respirer, c'est une forme d'handicap aussi si on veut… Ma demande n'est pas de me dire comment je dois respirer, je sais respirer, je demande juste à être épauler.

Si une association reconnue d'utilité publique pouvez me soutenir dans cet objectif concret, en me laissant gérer mes contacts et divers collaborations en avalisant les solutions trouvées, les entreprises pourraient agir avec une reconnaissance fiscale, donc une défiscalisation. Je pourrais peut-être aussi obtenir ainsi des microsubventions, des cautions, des actes !

J'amène pourtant des solutions autonomes et on me répond toujours à côté !

Face à ce barrage perpétuel et administratif, je me sens seul et régulièrement violé par l'incompréhension de mes interlocuteurs !

Alors en l'attente, je survis, je fais, je fais… comme je peux  avec ma tête et mes membres !

Si vous pouviez… je serais enfin libéré d'un terrible poids qui cloue ma créativité.

 






Dernière modification le 20/10/2011


logo-1001-mains

Atelier de Création Graphique Direct
Site Personnalisé par 1001 Mains
propulsé par ZitePlus